#ConseilsAuxPetitesEntreprises

MyBudapester x DHL

8 min de lecture
Partager sur
facebook sharing button
twitter sharing button
linkedin sharing button
Smart Share Buttons Icon Partager
yellow and red DHL branded trainers

Que se passe-t-il lorsque 80 ans de vente au détail de chaussures de luxe se combinent avec 50 ans d’excellence logistique ? Une édition spéciale, une collaboration incontournable entre les chaussures Budapester x DHL, bien sûr ! Nous nous sommes entretenus avec Matthias Nebus, cofondateur de MyBudapester.com, pour en savoir plus sur cetté opération exclusive à leur gamme et sur ses conseils aux petites entreprises sur la promotion et l’exploitation des partenariats de marque pour atteindre l’excellence.

Présentation de MyBudapester

« Mon partenaire Tomasz entretenait de bonnes relations avec le propriétaire des magasins locaux Budapester Schuhestores – M. Schläwicke – nous avons donc décidé de lui demander simplement si nous pouvions créer une boutique en ligne pour Budapester. Heureusement, il a dit oui ! Nous avions déjà de très bonnes connaissances en e-commerce, et nous savions que Budapester avait réussi en tant qu’acteur local au cours des dernières décennies. » 

« Puis, en août 2015, nous avons lancé mybudapester.com – nous avons été la première boutique en ligne à se concentrer sur les chaussures de luxe pour hommes et femmes. Nous avons commencé avec une vaste sélection de plus de 2000 articles de marques haut de gamme comme Gucci, Balenciaga et Santoni. »

Le début de l’histoire des baskets

Matthias et le reste de l’équipe de Budapester voulaient rendre leur magasin plus intéressant pour les milléniaux et développer leurs activités à l’international. Bien qu’ils n’étaient pas et ne sont toujours pas un magasin de baskets, ils voulaient élargir leur offre pour accroître leur profil dans le commerce de la mode. Mais qui pourrait aider ? Heureusement, ils avaient quelqu’un en tête.

« Nous pensions qu’une superstar américaine comme Jason Derulo serait une grande opportunité pour nous. Heureusement, nous avions un ami (qui) connaît Jason Derulo – nous sommes entrés en contact avec lui et nous avons commencé à concevoir une chaussure pour lui...  avec un artiste de Hambourg. Et pour le produit final ? « Jason Derulo... aimait tellement la chaussure qu’il la portait sur scène et partout où il voyageait.

Jason Derulo holding a microphone

« Pensez GRAND, et ignorez les opposants! »

Travailler avec Hikmet Sugoer

Hikmet Sugoer n’a pas besoin d’être présenté à ceux qui sont sensibles à l’univers des baskets. De son récent travail sur le SONRA Proto 'Wildcats', à l’ASICS Gel-Lyte III 'The Sun' en 2008, son travail est légendaire dans le domaine de la chaussure. Ainsi, lorsque Budapester a décidé de sortir une version à tirage limité en collaboration avec DHL, il n’y avait qu’un seul homme vers qui ils allaient se tourner.

« Pour moi, Hikmet est une icône de la culture sneaker allemande. Il a travaillé avec les plus grandes marques du secteur comme Adidas et Puma, et possède un savoir-faire incroyable, il était donc normal que nous fassions équipe avec lui. De plus, c’est un très bon gars », dit Matthias. « Bien sûr, nous voulions travailler avec les meilleurs pour ce projet.  Hikmet connaît le jeu (et) a un sens incroyable de la haute qualité et du design. »

Alors, comment Budapester s’est-il pris pour l’approcher? « (Hikmet n’avait) jamais travaillé avec une marque de luxe comme Budapester – c’est pourquoi nous voulions le rencontrer. J’étais à un événement Puma SONRA, et je lui ai montré la chaussure Jason Derulo. Il a dit « Hé, les amis !  J'aodre ce que vous avez fait ! Faisons quelque chose ensemble. » et c’était le début.

Le DHL 1

Sa création – la DHL 1 – est tout simplement spectaculaire – non seulement elle célèbre les 50 ans d’histoire de DHL, mais elle fait également un clin d’œil à l’avenir en entrant dans le monde des produits de luxe durables . En utilisant le sac rouge emblématique, que DHL utilise pour aider à fournir des biens vitaux dans les zones de crise, comme boîte à orteils de la chaussure, et en incorporant les étiquettes de chaussures métalliques d'AviationTag, créées à partir de pièces d’avions de transport DHL cloués au sol (une introduction faite par nul autre que Marcus Reckling, directeur général de DHL Express), la stratégie de développement de produits était une collaboration dans le vrai sens du terme. « L’idée est de montrer que le luxe peut aussi être durable », explique Matthias. « Pour nous, c’est l’un des projets les plus excitants que nous ayons jamais eus. »

Comment une PME a trouvé un partenaire dans une marque mondiale

Budapester a sauté sur l’occasion de collaborer avec DHL Express. Avec une expansion à Pékin en août, ainsi qu’une boutique en ligne pour le marché chinois à suivre, ils voulaient avoir un impact à l’échelle mondiale – alors, qui mieux que DHL ? « DHL est non seulement l’une des plus grandes entreprises mondiales, mais aussi l’une des plus rapides en matière de livraisons, de créativité et de décisions, », ajoute Matthias.

Et ce n’est pas non plus une question d’argent. Avec une série limitée de 300 paires disponibles, cette collaboration est plus une question d’exposition qu’autre chose. « Ce n’est pas toujours une question de profit.  J’aime l’exposition... surtout quand vous travaillez avec un géant comme DHL – c’est quelque chose que vous ne faites pas tous les jours...  Je suis presque sûr que la chaussure se vendra dans quelques secondes, alors je dois penser plus grand que ça. Nous voulons créer quelque chose qui est plus grand que votre chaussure moyenne. Beaucoup de battage médiatique et de couverture médiatique et un buzz parmi les amateurs de baskets et de chaussures du monde entier seraient parfaits! »

La collaboration est-elle importante pour les PME ? « C’est bénéfique pour les deux partenaires, et c’est toujours amusant de voir comment les autres entreprises font leur travail... (Je pense) que c’est l’une des choses les plus importantes pour les PME « Matthias ajoute que cela permet aux petites entreprises partenaires et aux PME d’utiliser le pouvoir et les connaissances de la plus grande entreprise pour se développer – et que la plus grande entreprise pourrait apprendre certaines choses elle-même. Et les risques ? Aucun, vraiment. Dans ce cas, seulement qu’ils pourraient avoir besoin de plus de sécurité au lancement. 

Alors, quand il s’agit de collaborer, comment Budapester s’y prend-elle pour approcher les gens? « Si nous avons une idée et trouvons une entreprise qui nous semble convenir à ce projet, la plupart du temps, je les approche simplement – appelez-les, envoyez un e-mail ou un message via LinkedIn ». Pour Matthias, il semble qu’il n’y ait rien à perdre, et tout à gagner, à approcher ceux qu’ils pensent être un bon ajustement.

Yellow and red DHL branded trainers and bag

Stratégie d’expédition mondiale

Avant de s’associer à DHL Express, Matthias sait clairement quel était le plus gros problème pour Budapester : « Expédition à l’échelle mondiale. Nous avons eu d’énormes problèmes avec le délai de livraison vers les pays non membres de l’UE comme les États-Unis et la Chine. Parfois, il fallait plus de trois semaines avant que le colis ne soit livré. Maintenant, avec DHL à leurs côtés, l’histoire a quelque peu changé. « Aujourd’hui, nous recevons des commentaires, par exemple, de clients de Los Angeles. Ils nous appellent deux jours après avoir commandé l’article, et nous demandent si nous sommes fous, comment il est possible que nous puissions être plus rapides que les gars en Amérique. »

Alors, comment DHL Express a-t-il amélioré l’offre e-commerce de Budapester ? Eh bien, tout est dans la livraison et heureusement, DHL Express connaît une chose ou deux sur le commerce international et l'expédition mondiale. Le gestionnaire de compte de DHL a conseillé sur la mise en place de paiements internationaux et de paniers d’achat, et a amélioré les notifications de livraison. « De petites informations comme... Lors de la commande maintenant, vous recevrez le (colis) demain à 15h, par exemple - informations dont vous avez besoin ... Nous l’avons intégré sur le site, et cela donne un gros coup de pouce (aux ventes). » 

Et qu’en est-il du bilan de santé du site Web ? Cela vous a-t-il aidé ?  Après l’avoir commencé, Matthias note maintenant que « 80% à 95% de tous les problèmes sont réglés, et quand il s’agit de pays non membres de l’UE, nous y travaillons. Nous sommes maintenant la première boutique en ligne à avoir intégré les droits et taxes et l’expédition express dans le prix. Il n’y a donc pas d’autre paiement pour le client, et nous sommes toujours moins chers que nos concurrents. »

Tremper un orteil dans la scène des baskets

Cela semble être un changement radical pour l’entreprise, alors pourquoi les baskets ? « Nous ne sommes pas un magasin de baskets, comme je l’ai dit, et pour nous, l’objectif est maintenant vraiment d’obtenir (les milléniaux), parce que le battage médiatique est si grand ... Je suppose que c’est différent des autres boutiques en ligne de luxe. » Et pour le DHL 1 ? « ... l’accent est, bien sûr, mis sur toute la communauté des baskets où vous avez d’excellents comptes Instagram comme HYPEBEAST ou Highsnobiety, ou Sneakers Magazine – qui compte plus d’un million d’abonnés, l’un des plus grands magazines australiens au monde. Aujourd’hui, ils nous ont écrit qu’ils nous aideraient à promouvoir en Australie, et ils aiment vraiment l’idée. »

Quant aux autres influenceurs, Matthias a quelques noms alignés – et ils figureront dans la vidéo promotionnelle exclusive, quisortira juste avant les chaussures. « Le mannequin Mefyou, la blogueuse de mode Dajana, le breakdancer Gong Bao... Notre objectif est de montrer que nous avons une équipe mondiale de personnes du monde entier. » 

press release screenshot

Promouvoir le DHL 1 dans le monde

Le marketing de co-marquage peut être une chose délicate, mais dans ce cas, tout est une question de teaser. « C’est une chaussure très détaillée – qui est plus pour les têtes de baskets dans le monde.  Pas de paroles, rien, vous avez juste les trois influenceurs à l’intérieur de la vidéo, des détails sur la chaussure et un film vraiment émotionnel.

Pour le soutenir, Budapester en a beaucoup dans le pipeline. « Nous avons créé toute la publicité pour Facebook, Instagram, Google Ads et d’autres canaux ... et des bannières sur notre page d’accueil pour impliquer chaque utilisateur dans ce projet. Nous essayons de faire presque tout ce que nous pouvons pour que cette campagne se déroule bien.  Nous avons tout traduit en anglais bien sûr, et en chinois aussi. Et, oui, tout (c’est) possible, les newsletters bien sûr. Nous enverrons des informations à tous nos clients. De plus nous avons des collaborations spéciales avec nos partenaires qui redirigeront vers notre site.

Et ce n’est pas seulement une campagne numérique, loin de là. « Nous avons également commencé à mettre de simples petits autocollants sur nos emballages ... 50 ans (de) DHL, la chaussure, et la date de sortie, rien d’autre. Quand vous voyez le gars qui ramasse les paquets ici, et que vous avez des centaines de paquets avec tous les autocollants sur le côté, nous pensons que beaucoup de gens le verront – quand le gars l’apportera au hub DHL, puis il fera le tour du monde. Il y a tellement de connexions que nous pouvons atteindre avec 10 000 ou 20 000 autocollants – peut-être 100 à 200 000 personnes qui verront cela. » 

Après six mois d’efforts, et une équipe d’une vingtaine de personnes travaillant sur le projet, les niveaux d’excitation sont élevés. Et il y a une collaboration en particulier dont Matthias et son équipe souhaitent imiter le battage médiatique – la chaussure de billet 2019 de BVG x Adidas. « J’ai vu la vidéo plusieurs fois.  J’en parlais avec Hikmet, que pouvons-nous faire de mieux. C’est juste... une société berlinoise, la BVG, oui – mais la vidéo et tout le marketing, même le Guardian, le New York Times, tout le monde écrivait un article à ce sujet. C’était fou...  Chaque fois que je vois la vidéo, j’ai la chair de poule, car comment un impact d’une telle collaboration peut-il être si important? Vous ne pouvez pas payer pour une telle publicité. »

Pas seulement de nouveaux partenariats, mais aussi de nouveaux marchés

Avec le lancement de la boutique en ligne chinoise et du bureau de Pékin, Matthias et son équipe devaient prendre en compte de nombreuses considérations pour gérer une expansion internationale réussie. Lorsqu’on lui a demandé la chose la plus importante à avoir, il a été clair. Connaissances locales.

« Vous avez toujours besoin d’un local. Que ce soit l’Autriche ou l’Australie. »

Tout traduire en anglais et en chinois n’est que la pointe de l’iceberg. En ce qui concerne la Chine, Budapester devait être préparée. « Même en ce qui concerne l’administration des serveurs, vous ne pouvez pas, en tant que société allemande, être cotée en Chine alors que vous n’avez pas de serveur en Chine... » ajoutant que « vous n’êtes pas en mesure de lancer un site Web (rapide) en Chine, car le temps de chargement sera simplement rétrogradé par le gouvernement ». 

Pour une entreprise de chaussures qui s’installe dans le pays, il y a aussi des considérations plus humaines. « Quand il s’agit de la Chine... Les tailles sont complètement différentes, car nous avons normalement des tailles à partir de 35... Mais le peuple chinois, ils ont besoin de 33. C’est ce que vous devez avoir. Si vous ne l’avez pas, vous ne pouvez pas aller vivre là-bas. »

Et ce n’est pas seulement vrai de la Chine – les différences, a constaté Matthias, existent dans le monde entier. Qu’il s’agisse des descriptions de produits elles-mêmes, des prix ou même de ce que fait la concurrence – sans parler de l’expédition – vous devez être à l’écoute de la scène locale. Mais c’est là que, selon Matthias, DHL est mieux équipé que quiconque – et « ... De notre point de vue, il n’y a pas d’autre partenaire logistique avec lequel nous voulons travailler. » Consultez nos guides détaillés par pays sur le e-commerce pour obtenir des informations sur le commerce mondial.